Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Des milliers de poissons d’élevage meurent de chaleur

Des milliers de poissons d’élevage meurent de chaleur

Pierre East, président de la Pisciculture de la Jacques-Cartier station du Mont-Mégantic, n'a jamais vu autant de poissons morts dans ses cinq lacs. Crédit photo Journal de Montréal.

Des milliers de poissons d’ensemencement meurent de chaleur parce que nos festivals de pêche ont été forcés d’annuler leurs commandes et que les endroits où aller pêcher ont été ouverts sur le tard, avec la pandémie.

« On a ramassé 1000 poissons morts ce matin sur nos 80 000. On a déjà perdu plus de 20 000 dollars de poissons cette année », a déploré Pierre East, président de la Pisciculture de la Jacques-Cartier, station du Mont Mégantic.

« On a manqué la saison de la pêche en pourvoirie en mai et juin avec la COVID-19. Ça fait 45 ans que je suis là-dedans, et je n’ai jamais vu ça », a ajouté Normand Roy, président de la Table filière en aquaculture d’eau douce du Québec (TFAEDQ).

Cet été, les poissons d’ensemencement s’entassent dans les bassins d’élevage parce que les festivals, pourvoiries et municipalités ont pour la plupart été forcés d’annuler leurs commandes en raison de la pandémie.

« Ça risque d’augmenter ces prochains jours parce que beaucoup de régions n’ont toujours pas eu de pluie », a ajouté Judith Farley, vétérinaire en aquaculture, qui craint que le temps chaud vienne jouer les trouble-fête.

Aide réclamée

Elle ajoute que la température de l’eau idéale pour une truite mouchetée se situe entre 7 et 13 degrés.

« À partir de 20 degrés, la truite devient stressée. Son système immunitaire devient plus sensible. Elle a des détresses respiratoires et ses branchies deviennent irritées », a-t-elle poursuivi.

Pour passer à travers la crise, la TFAEDQ demande une aide d’urgence de deux millions aux gouvernements.

« Quand on voit la pluie de milliards de la Prestation canadienne d’urgence, il me semble qu’on n’en demande pas tant avec notre deux millions. C’est une goutte d’eau », a conclu son président, Normand Roy.


Source: Journal de Montréal


Plus d'information sur cette article

Autres articles similaires

article Aquaculture l’Indigène : vers 80 tonnes de truites d’ensemencement Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local | 2020-09-24 Lire l'article au complet article Pour changer d’air  Par Les Pourvoiries du Québec | 2020-06-10 Lire l'article au complet article Poursuite de la remise à l’eau obligatoire des grands saumons Par MFFP | 2020-07-14 Lire l'article au complet