Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Présentations verticales ciblées

Présentations verticales ciblées

Une stratégie de pêche utilisée par un nombre grandissant de pêcheurs consiste à chercher à localiser des poissons se tenant en profondeur grâce à leur échosondeur, pour ensuite utiliser une technique de présentation verticale visant à les faire mordre,tout en observant attentivement le déroulement de l’action à l’écran du sonar.Certains donnent à cette approche le nom de «pêche-vidéo», mais quoi qu’il en soit, cette stratégie s’avère de plus en plus populaire et efficace pour leurrer différentes espèces de poissons sportifs, comme le doré, l’achigan à petite bouche et le touladi.

Grâce à des avancées technologiques récentes dans l’affichage de type tridimensionnel des échosondeurs, comme les systèmes Panoptix de Garmin et Real Vision 3D de Raymarine, les pêcheurs peuvent maintenant profiter d’une représentation meilleure que jamais auparavant du positionnement des poissons près des contours, escarpements, empilements rocheux ou cuvettes et toute autre structure subaquatique.

Même préalablement à ces dernières avancées, les technologies comme Side-Imagingont démontré leur grand avantage, en permettant de couvrir rapidement et efficacement une grande section d’eau par une vision latérale plutôt que par un mince faisceau vertical directement sous le bateau. Personnellement, je considère cette forme de prospection élargie comme la première étape d’une séance de pêche au large pour l’une ou l’autre des espèces mentionnées plus haut.

Il faut aussi ajouter à cela la capacité récente de nombreux modèles d’échosondeurs de générer une cartographie bathymétrique personnalisée ultra précise d’un plan d’eau, comme les systèmes AutoChart Live de Humminbird, Quickdraw Contours de Garmin ou Insight Genesis Custom Maps de Lowrance. Cette technologie peut être utilisée pour détecter de discrètes et secrètes structures subaquatiques fréquentées parles poissons et invisibles sur les systèmes de cartographie bathymétrique standard.


Pourtant, même si vous ne disposez pas de telles technologies d’avant-garde, soyez assuré qu’il demeure possible d’effectuer une «pêche-vidéo» efficace à l’aide de votre échosondeur standard à affichage de type 2D et d’une bonne technique de contrôle d’embarcation, comme je m’attache à le démontrer dans les lignes qui suivent.

L’avantage du hors-bord à barre franche…

La stratégie dont il est question ici repose à la fois sur la détection primaire des poissons à l’aide de l’échosondeur et sur le contrôle de l’embarcation pour maintenir cette dernière au-dessus de leur position. Cette approche permet ensuite de leur offrir un leurre provocateur par une présentation verticale, tout en suivant le déroulement de l’action en temps réel par l’interprétation des signaux à l’écran du sonar.

Je considère qu’il y a deux façons d’obtenir le contrôle nécessaire de l’embarcation, soit grâce à l’utilisation d’un moteur hors-bord à barre franche ou à celle d’un moteur électrique installé à la proue. Selon les conditions, chacune de ces utilisations présente des avantages.

Lorsque les poissons recherchés risquent d’être dispersés sur une grande surface, la nécessité de recours au hors-bord pour se rendre rapidement d’un endroit potentiel à l’autre est évidente. C’est le cas, par exemple, lorsque le touladi, le doré ou même l’achigan poursuivent des poissons fourrage dans un grand et profond bassin,les poissons pouvant alors demeurer sous l’embarcation pendant une minute et être partis à la minute suivante. C’est aussi le cas lorsque ces espèces sont en phase de transition de zones de fréquentation au printemps et à l’automne.L’utilisation du hors-bord s’avère également nécessaire en conditions d’eaux agitées.

Chaque fois que je détecte des signaux de poissons à l’écran du sonar lors de mes déplacements, je me dépêche de lancer un leurre à plongée rapide derrière l’embarcation et de mettre le moteur en marche arrière. À mesure que le leurre plonge vers les profondeurs, je manœuvre l’embarcation pour à la fois amener la ligne en position la plus verticale possible et retrouver les signaux des poissons dans le faisceau du transducteur de l’échosondeur.

… et du moteur électrique de proue

Les avancées technologiques en matière de moteurs électriques installés à la proue des embarcations rendent également la vie beaucoup plus facile aux adeptes de pêche en présentation verticale. J’en prends comme exemples les systèmes à couplage de signaux GPS,comme le Spot-Lock de Minn Kota ou le Pinpoint Anchor de MotorGuide. Une fois le moteur «bloqué» sur un point de repère GPS, le pêcheur peut profiter du contrôle automatique de l’embarcation et se concentrer exclusivement sur sa technique de pêche et sur le suivi de l’action à l’écran du sonar, pendant que le moteur électrique manœuvre automatiquement pour maintenir l’embarcation au-dessus du point précis.

Je préfère nettement le recours à un tel moteur électrique lorsque les poissons sont concentrés sur des structures particulières, et grâce au système Spot-Lock de mon moteur, je peux«stationner» l’embarcation au-dessus des poissons et peaufiner mes présentations, et il en est de même lorsque des poissons inactifs se tiennent en profondeur et qu’il est nécessaire d’utiliser des présentations de finesse.

En conditions de vents irréguliers ou tourbillonnants, le Spot-Lock me dégage de la tâche de calculer et modifier incessamment les mouvements du bateau pour demeurer en bonne position. Et si les poissons se déplacent, je peux me remettre à leur recherche en étant assuré que le sonar ne les avait pas simplement «perdus de vue» à cause de déplacements intempestifs d’un bateau contrôlé manuellement.

Ajustements judicieux du sonar


Pour pouvoir suivre l’action en continu à l’écran de l’échosondeur, il faut nécessairement que le pêcheur puisse conserver son leurre dans le faisceau d’ondes du transducteur, ce qui renforce l’importance du contrôle de l’embarcation. Cependant, il est également important que les réglages du sonar soient effectués le plus judicieusement,notamment en augmentant l’ajustement de sensibilité de l’appareil pour bien rendre les signaux du leurre à l’écran. Pour la pêche en profondeur,l’utilisation d’un transducteur à cône d’ondes étroit s’avère aussi avantageuse en ne laissant voir que les poissons qui se trouve dans le secteur immédiat et qui sont les plus susceptibles de mordre.

La surveillance de l’écran doit commencer dès le début de la plongée du leurre. Un poisson agressif peut monter rapidement à l’attaque pour intercepter l’offrande en descente, et le fait d’apercevoir à l’écran un trait diagonal montant progressivement permet d’améliorer son temps de réaction pour le ferrage.

La lecture du sonar permet également de présenter le leurre de façon plus efficace, la bonne approche consistant à positionner celui-ci au-dessus des poissons. Cette présentation à portée mais non directement sous le nez des poissons représente une bonne façon de les inciter à se commettre. Lorsque l’un d’eux décide de monter vers le leurre, cela signifie qu’il s’est déjà investi dans la démarche et qu’il est fortement susceptible de compléter son attaque.

Le fait de pouvoir distinguer la réaction des poissons envers une offrande permet en même temps de faire la distinction entre les poissons «voyeurs» et les «mordeurs». Un pêcheur qui constaterait qu’un poisson se montre méfiant pourrait alors effectuer des ajustements à sa présentation, par exemple en modifiant sa cadence de dandinements ou en essayant un changement de couleur, de format ou de modèle de leurre.

Des leurres adaptés

Certains leurres sont mieux adaptés aux présentations verticales ciblées que suppose cette stratégie de pêche. On recourt généralement à des leurres à plongée rapide pour descendre rapidement dans la zone d’attaque de poissons en profondeur, mais dans certaines circonstances un leurre plongeant à un rythme plus modéré et présentant une action plus incitative peut s’avérer la clef d’un meilleur succès.

A- Devons à dandiner


Ce type de leurre (JiggingMinnow) surtout utilisé en situation de pêche blanche se prête particulièrement bien à ce type de présentation verticale. Les modèles bien connus et réputés comptent les Rotating Power Minnow de Custom Jigs & Spins, Jigging Rap et Snap Rap de Rapala et Puppet Minnow de Northland.

La particularité de ces leurres réside dans le fait qu’ils présentent une action unique. Si on les remonte de façon agressive, ils effectuent des sprints d’un côté ou de l’autre et lors de la redescente ils planent en spirale comme un petit poisson mourant jusqu’au moment où la ligne redevient tendue, ce qui les fait revenir se placer et s’immobiliser en position centrale; cette dernière glissade suivie d’une pause représente souvent le moment choisi par les poissons pour l’attaque.

Si vous imprimez de très légères secousses à la canne, le leurre frémira comme un petit poisson paniqué,une vision à laquelle peu de prédateurs peuvent résister. Et en raison du fait qu’il s’agit d’un leurre à corps dur hérissé d’hameçon multiples, son taux de réussite de ferrage est excellent.

B- Dandinettes et leurres de plastique


Un leurre de plastique souple combiné à une tête de jig représente un autre excellent choix pour effectuer une présentation verticale. La panoplie de leurres de plastique offerte sur le marché permet une grande créativité dans le choix de profils et de couleurs des offrandes, ce qui représente un net avantage quand vient le temps d’intéresser des poissons en mode neutre. Ceci m’a d’ailleurs permis l’an dernier de connaître un excellent succès de pêche à la truite grise avec un leurre de nage Rythm Wave monté sur une tête de jig de 3/8 oz.

La relative légèreté de la tête de dandinette combinée aux vibrations et à la résistance dans l’eau du leurre à queue aplatie transversalement provoquait une lente descente de nage dans la colonne d’eau, ce qui avait l’heur de plaire aux touladis. Les yeux rivés sur l’écran de l’échosondeur, je pouvais détecter le moment où l’attitude d’un poisson démontrait son intérêt pour l’offrande en plongée, alors que le premier commençait à monter pour intercepter la deuxième. Alors que les signaux du poisson et du leurre se rapprochaient, j’engageais l’anse de récupération du moulinet pour être parfois récompensé par une sensation de lourdeur immédiate,tandis qu’à d’autres occasions, le simple fait de commencer à mouliner pour faire remonter le leurre de nage constituait l’élément déclencheur de l’attaque.

Une imitation de poisson fourrage à queue fourchue comme le PowerBait Minnow de Berkley représente une autre offrande efficace pour cette approche. L’action plus subtile de ce type de leurre s’avère souvent l’élément clef pour provoquer une touche de la part de poissons capricieux. Dans ce cas, le fait de maintenir le leurre au-dessus du poisson et de secouer légèrement la canne provoque une danse séductrice de la queue du leurre qui suffit souvent pour déclencher l’attaque.

C- Présentation en mode drop shot


Lorsque la séduction des poissons requiert la finesse, la présentation en mode drop shot est dure à battre. J’utilise la plupart du temps un lest de 3/8 ou 1/2 oz, mais n’hésite pas à augmenter le poids si nécessaire pour obtenir la rapidité de descente désirée. Ici aussi, les imitations en plastique souple de poissons appâts de type swimbaitau profil allongé s’avèrent les plus efficaces pour les touladis et dorés se tenant près du fond, mais les vers de plastique souple de type finesse représentent mes leurres favoris pour l’achigan et le doré en conditions générales. La liste d’offrandes à privilégier serait longue, mais je me contenterai de mentionner les Limit Worm de Lunkerhunt, Finesse Wormz de Z-Man,Crosstail Shad de Jackal et MaxScent Baits de Berkley.

Pas mal de choses ont déjà été dites dans ce magazine concernant la pêche au drop shot, mais je me permets d’insister sur l’importance de descendre l’offrande au fond et de laisser le leurre de plastique souple faire le travail. On peut toujours agiter légèrement et occasionnellement le fil pour donner vie à l’offrande, mais il faut éviter l’erreur commune de trop la manipuler pour tenter de plaire aux poissons hésitants. On peut aussi faire des expériences avec les différentes longueurs de fil séparant le leurre du lest inférieur; des poissons agressifs peuvent être capturés avec une longueur de fil de 24 po, mais face à des poissons capricieux cette longueur peut être réduite jusqu’à 6 po.

D- Les leurres à lame vibrante


Ce type de leurre présentant un profil et une image de poisson fourrage sur une lame métallique dont la base antérieure est lestée et qui comporte des points d’attache de la ligne sur son dos s’avère excellent pour effectuer une rapide descente en profondeur, alors que son action vibratoire unique a l’heur de provoquer les attaques des poissons carnassiers. Le modèle Heddon Sonar Blade Bait est sans doute l’un des plus connus, mais on peut aussi retrouver les modèles B3 de B-Fish-N, LazerBlade de Bass Pro Shops, ThinFisher de Johnson et quelques autres.

Un leurre de ce type peut être agité de dandinements agressifs pour provoquer des attaques réactives,mais il y a des occasions où les poissons sont plus réceptifs à des montées et descentes plus lentes et plus subtiles. Le fait de laisser tomber un leurre à lame vibrante directement sur le substrat en soulevant des sédiments est également susceptible de stimuler la propension nourricière chez les prédateurs.

E- Les cuillères à dandiner


Voilà une catégorie de leurres très large, dont certains modèles plongent rapidement alors que d’autres oscillent langoureusement dans un taux de descente modéré. J’ai vu des douzaines de touladis, achigans et dorés se faire leurrer par des cuillères de type aplati, comme la Cast Champ de Luhr-Jensen, aussi bien que par des modèles à billes internes d’entrechoquement comme la Buck-Shot de Northland.

Le principe général consiste à dandiner ce type de leurre à quelque distance au-dessus des poissons détectés sur l’échosondeur. Les individus agressifs n’hésiteront pas à monter à la poursuite de ce type d’offrande alléchante, et après les avoir capturés on pourra ensuite descendre l’offrande plus près du groupe de poissons pour essayer de provoquer les plus récalcitrants. Comme dans le cas des leurres à lame vibrante, il faut faire des expériences diverses d’intensité et de cadence de dandinement avec les cuillères à dandiner pour déterminer l’approche la plus productive.


Pour conclure

Sans nier l’efficacité de la pêche au lancer ou à la traîne, les techniques de présentations verticales bien ciblées gagnent à être connues. Et il serait difficile de déprécier le plaisir de voir l’action se dérouler sous nos yeux à l’écran du sonar alors que l’on effectue des prises à répétition directement en dessous du bateau.

 

 



Autres articles similaires

article UNE PROGRAMMATION SPÉCIALE CANADA DÉBARQUE SUR SEASONS, PREMIÈRE CHAÎNE CANADIENNE FRANCOPHONE DÉDIÉE À LA CHASSE, LA PÊCHE ET À LA NATURE Par Seasons | 2016-11-30 Lire l'article au complet article Naviguer l'automne demande plus de précautions Par AMQ | 2018-09-17 Lire l'article au complet article Pêche: Choisir la bonne canne Par Réal Larose | 2016-05-10 Lire l'article au complet