Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Accès aux plans d’eau publics, l’APSQ demande aux partis politiques de se commettre.

Accès aux plans d’eau publics, l’APSQ demande aux partis politiques de se commettre.

Laval, 27 août 2018,

L’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec demande aux partis politiques de se commettre publiquement sur la façon dont ils prévoient de s’y prendre pour redonner l’accès aux plans d’eau publics en périphérie des grands centres.

Sylvain Roy, député de Bonaventure et porte-parole de l'opposition officielle en matière de forêts, de faune et de parcs pour le Parti Québécois, a déclaré lors d’une conférence de presse le 15 mars 2018, nous le citons :

CITATION :

« On prévoit aussi une stratégie nationale pour limiter les coûts des rampes de mises à l’eau. »

Mathieu Lemay député de Masson, porte-parole de la CAQ en matière d’environnement, de faune et de parcs a déclaré dans un communiqué paru le 8 juin 2018, et nous le citons :

CITATION :

« C’est inconcevable que les Québécois peinent à profiter de l’une de nos plus belles richesses. La CAQ prend l’engagement formel de redonner à la population l’accès à nos étendues d'eau, en révisant les tarifications. Pour ce faire, nous travaillerons en grande collaboration avec les municipalités, au bénéfice de tous les citoyens »

Monsieur Lemay, que ferez-vous si les municipalités ne veulent pas collaborer? Ce sont des gouvernements de proximités et elles sont souveraines sur leur territoire.

Ce sont de belles phrases futiles, mais ça ne veut pas dire grands chose, monsieur Laurent Lessard et Pierre Moreau avait promis de redonner l’accès aux plans d’eau publics aux familles et presque rien n’a été fait à ce jour.

Chantal Rouleau à la CAQ, une instigatrice de la tarification à outrance

Stéphan Bourgeois, président et Marc Meunier, secrétaire et également résident de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles étaient présent pour questionner le conseil d’arrondissement sur le projet de tarification de la rampe de mise à l’eau située à côté de la 36e avenue à Pointes-Trembles. Le projet consistait en l’installation d’une guérite et d’une tarification de 50 $ quotidiennement ou 500 $ pour la saison et la gratuité pour les résidents de Montréal. Elle coupait ainsi l’accès à toutes les villes voisines comme Montréal Est, Repentigny, Le Gardeur, Terrebonne, l’Assomption, etc.

En réponse à notre questionnement, nous nous sommes fait répondre, « de toute façon, ceux qui vont chialer ne payent pas de taxes dans l'arrondissement. ».

Madame Rouleau a également fait installer des blocs de ciment afin de bloquer l’accès à la rampe de mise à l’eau du parc Pierre-Payet plus tôt cet été et a également fait bloquer l’accès sur le boulevard Gouin au printemps 2017.

Les pêcheurs sportifs veulent des engagements fermes

La politique de l’eau du Parti Québécois de 2002 prévoyait que les villes pouvaient faciliter l’accès aux plans d’eau sur leur territoire et pouvaient même exproprier des terrains afin de redonner l’accès à la population. Mais, cette politique manque de dents, il n’y a aucune obligation de redonner l’accès, et surtout, il n’y a aucune interdiction aux municipalités de ne pas vendre tous les terrains qui ceinturent un plan d’eau. Les terrains en bordure de l’eau ayant une valeur foncière élevée motivent les municipalités à les vendre et ainsi empocher de généreuses taxes foncières.

Les utilisateurs de l’eau, pêcheurs, plaisanciers, canoteurs, kayakistes et baigneurs, veulent un engagement clair qu’une solution sera mis en place dans une première année de mandat. Les schémas d’urbanismes étant approuvés par le Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire doivent obligatoirement prévoir des parcelles de terrains publics donnant accès aux plans d’eau, et également des espaces de stationnement pouvant accommoder plusieurs véhicules et remorques.

À propos de l’APSQ

Fondée en mars 2009, l’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec (APSQ) est une organisation sans but lucratif dont l’objectif est de défendre les droits des pêcheurs sportifs et de faire la promotion de cette merveilleuse activité. Elle a vu le jour suite au constat qu’il y avait plusieurs municipalités qui bafouaient les droits fondamentaux d’accès aux plans d’eau publics qu’ont les Québécois et le manque de représentativité qu’ont les pêcheurs par les instances responsables, pour défendre leurs droits à la pratique de leur activité de prélèvement.


Plus d'information sur cette article

Autres articles similaires

article Sondage: Pêcher dans le fleuve St-Laurent, ça vous dit? Par MFFP | 2018-10-22 Lire l'article au complet article Montaisons de saumon atlantique encourageantes en 2016 Par FSA | 2017-03-28 Lire l'article au complet article Séjours de pêche 2019 Réservez tôt et accédez aux secteurs les plus convoités au tarif de cette année Par Sepaq | 2018-04-26 Lire l'article au complet