Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Une technique simple et performante

Une technique simple et performante

Il existe une multitude de façons de déjouer les poissons ciblés. Celle que je vous présente aujourd’hui est très facile à apprendre et à maîtriser.

La majorité des adeptes ont déjà pêché à la ligne morte. Cette approche consiste à attacher un hameçon sur le fil principal et un plomb à une vingtaine ou à une trentaine de centimètres plus bas. On appâte le tout avec un ver de terre et le tour est joué.

Amélioration

Avec le temps, certains pêcheurs de tournois d’achigan et de doré se sont intéressés à cette présentation élémentaire et ils l’ont modifiée et perfectionnée pour l’amener à un tout autre niveau, beaucoup plus productif, et ce, en se servant de leurres souples et non pas d’appâts vivants ou morts.

À la base, le drop shot ressemble à s’y méprendre à la ligne morte, mais le montage est moins grossier. Il faut nouer un hameçon de petit diamètre avec une hampe courte, taille 4 à 1/0. Idéalement, on choisira la grosseur en fonction de l’offrande pour qu’il ne soit pas trop visible une fois accroché sur le nez du leurre. Optez pour un nœud Palomar en vous assurant que la pointe de l’hameçon soit orientée vers le ciel. Si, après la confection de votre nouage, il est vers le bas, il suffit de passer l’extrémité du fil dans l’anneau pour rectifier sa position. Il est essentiel que vous vous serviez d’un fil invisible en fluorocarbone de 6 ou 8 livres de résistance ou, tout au moins, d’un bas de ligne de plus de deux mètres pour ne pas divulguer votre subterfuge. Derrière votre hameçon, laissez dépasser un bout de corde de 30 à 45 cm au bout duquel vous installerez un lest.

Selon le pêcheur de tournois et propriétaire de l’entreprise québécoise 74th Element Tungsten, Maxime Lapi Gilbert, il est important d’opter pour des pesées en tungstène, car en plus d’être écoresponsable, ce métal gris-noir, assez dur, qui, une fois fondu prend l’aspect du platine poli, est 33 % plus compact que le plomb. En étant plus petit, pour un poids équivalent, un produit de la sorte s’enfonce plus rapidement et passe inaperçu aux yeux des poissons, car on ne veut pas que ces derniers se concentrent et attaquent le lest plutôt que l’offrande. De plus, ces pesées spécialisées en tungstène permettent de mieux sentir le fond et les transitions entre les composantes du plancher marin.

Le choix du leurre

Cette technique vous permettra d’attraper des poissons sous toutes conditions, et ce, peu importe leur humeur. Retenez toutefois que c’est lorsqu’ils sont amorphes et boudeurs que le drop shot se démarque le plus. Lorsque les dorés et les achigans sont actifs, ils s’élanceront à toute vitesse sur plusieurs types de présentations agressives et flamboyantes. Cependant, quand les espèces ciblées sont inactives ou peu enclines à se ruer tête première, elles demeureront de nombreuses secondes à observer votre montage avant de s’y attaquer. Il est donc primordial que votre offrande soit des plus réalistes et qu’elle imite une source de nourriture invitante. Plusieurs adeptes se servent de

reproduction de sangsue, de ver, de crustacés ou d’autres bibittes attrayantes. M. Gilbert, préfère, pour sa part, un leurre souple ressemblant à un méné, comme le Ghost Tail Minnow de LiveTarget. Selon ses propos : « la queue en forme de flèche occasionne beaucoup de vibrations subtiles sous l’eau et sa transparence réduit considérablement son profil aux yeux des prédateurs ».

Approche

Le moins qu’on puisse dire de cette technique, c’est qu’elle est drôlement versatile puisqu’elle permet aux utilisateurs de cibler des poissons à des profondeurs variant de 60 cm à plus 20 mètres dans des environnements rocailleux, sablonneux ou herbeux.

En eau peu profonde, il faut lancer en direction de la structure ou du type de fond qui vous intéresse et patienter jusqu’à la détection d’une touche. On récupère le tout tranquillement en effectuant des pauses aléatoires ou en se concentrant à des endroits stratégiques. Lorsque le sonar affiche de faibles valeurs, Maxime suggère : « qu’il est préférable d’allonger la distance entre l’hameçon et le poids afin de permettre au leurre de travailler en angle et d’être présenté à une bonne profondeur ».

S’il y a du courant, servez-vous-en à votre avantage. Il fera le travail pour vous. L’imitation du petit poisson que vous utilisez aura l’air d’être en suspension et de nager contre le flot des eaux pour demeurer en place. N’inculquez pas d’action à la perche.

Dans un secteur sans eaux vives, comme un lac, il faut légèrement bouger le scion de la canne de façon à appliquer une douce motion à votre offrande. Dans des eaux plus profondes avec du courant, laissez-vous simplement dériver de façon contrôlée en vous assurant que le montage reste sous le bateau et que le lest soit toujours en contact avec le fond.

Trucs et astuces

« Vous devez vérifier que le leurre est bien positionné à l’horizontale sur votre hameçon et que le fil est droit sur votre présentation », précisait le spécialiste interrogé. « Le choix du lest joue également un grand rôle. Celui en forme cylindrique, surnommé le Grand Slaque, de la compagnie 74th Element est parfait pour pêcher en eau plus profonde, car son profil mince descend rapidement et est moins accrochant. La forme ronde, de celui qu’on appelle la Grenade, est tout indiquée pour exploiter les eaux peu profondes. Rappelez-vous toutefois que le tungstène en forme de larme est le plus versatile », ajoutait-il.

Crédit photo journal de Québec

Source: Journal de Québec

Autres articles similaires

article Le salon du bateau de Montréal Par La Direction | 2020-02-03 Lire l'article au complet article Des histoires… longues de même! Par Musée de la civilisation | 2020-06-29 Lire l'article au complet article La chasse aux phoques nuisibles bientôt interdite au Canada Par Radio-Canada | 2020-07-06 Lire l'article au complet