Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Une carpe asiatique a été pêchée à Chambly

Une carpe asiatique a été pêchée à Chambly

Une deuxième carpe asiatique a été sortie d’un cours d’eau québécois par un ado de Chambly il y a deux semaines, lançant une traque de trois jours contre cette espèce envahissante.

Cette découverte a été jugée comme « hautement prioritaire » par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), qui craint que ce poisson vorace, déjà établi dans les Grands Lacs, se fraie un chemin au Québec.

La carpe de roseau, l’une des quatre espèces de carpe asiatique, a été pêchée le 16 juillet par Antony Browns dans le bassin de Chambly. 

L’adolescent de 16 ans s’y rend presque chaque jour pour pêcher le doré, notamment.

« Elle était maganée [...] Elle ne s’est pas débattue », dit-il à propos du poisson qu’il a aperçu au bord de l’eau et qu’il a sorti avec un hameçon. Il a vite reconnu que ce n’était pas une carpe « commune » par la bouche de l’animal entre ses yeux, dit-il.


Antony Browns a sorti une carpe asiatique du bassin de Chambly, près du barrage, le 16 juillet dernier. Le poisson mesurait environ 76 cm et avait de quatre à six ans, selon le ministère.

Prise disparue

Il a pris une photo du poisson, qu’il a laissé dans un sac en plastique derrière le garage de sa maison. Malheureusement, le sac avait disparu le lendemain.

Néanmoins, le MFFP a confirmé qu’il s’agissait bien d’une carpe de roseau, mesurant environ 76 cm et âgée de quatre à six ans, grâce au cliché du jeune pêcheur.

Par contre, sans l’animal, sa provenance ne pourra jamais être déterminée. Le ministère ignore si la carpe a nagé jusqu’à Chambly ou si elle a illégalement été relâchée à l’eau.

Pêche à l’électricité

Le biologiste Olivier Morissette, du MFFP, souligne qu’après la découverte de l’adolescent, deux bateaux ont été dépêchés sur les lieux. Pendant trois jours, l’équipage « a pêché à l’électricité », envoyant dans l’eau du courant qui paralyse les poissons. Cela permet de les identifier et de les remettre à l’eau ensuite.

Aucune autre carpe de roseau n’a été capturée, rendant peu probable une population importante.

Il s’agit de la deuxième carpe de roseau pêchée au Québec. En 2016, un pêcheur avait sorti ce poisson du fleuve Saint-Laurent, près de Contrecœur. Malgré ces rares prises, M. Morissette souligne que des traces d’ADN de l’espèce ont été trouvées dans le fleuve ces dernières années.

Extrêmement vorace, la carpe de roseau dévore les plantes aquatiques et détruit ainsi les habitats de nombreuses espèces de poisson des amateurs de pêche.

Sa présence à Chambly inquiète aussi parce que le site des rapides où elle a été pêchée est un lieu de reproduction crucial pour la survie du chevalier cuivré, une espèce menacée, précise le ministère.

Source: Journal de Montréal

Crédit photo Pierre-Paul Poulin et Fotolia

Autres articles similaires

article La semaine nord-américaine de la sécurité nautique Par Conseil canadien de la sécurité nautique | 2018-05-16 Lire l'article au complet article Testez vos connaissances sur le Doré Par Richard Monfette | 2020-03-31 Lire l'article au complet article BONNE NOUVELLE!! Par Les Pourvoiries du Québec - communiqué | 2020-06-10 Lire l'article au complet