Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Pêche blanche lorsque vous êtes peu mobile

Pêche blanche lorsque vous êtes peu mobile

Vous êtes à l’extérieur par une belle journée hivernale pour pratiquer la pêche blanche en famille ou entre amis sur un territoire géré par une pourvoirie, une zec, une réserve faunique ou même une association bénévole de chasse et pêche. Vous n’avez pas beaucoup d’équipement spécialisé pour ce loisir puisque les brimbales tout équipées ainsi que les appâts sont fournis par les gestionnaires de l’endroit. Un préposé vient vous percer des trous en début de journée et repart, vous mentionnant qu’il reviendra dans quelques heures. Vous montez votre installation et rien ne se passe, même après un long moment. La journée s’achève et vous n’avez visiblement capturé aucun poisson. Vous maugréez en disant qu’il n’y avait pas de poisson dans ce lac! Ce fait vécu est arrivé à plusieurs pêcheurs débutants et peut parfois repousser ces amants de la nature loin de ce loisir si passionnant.

C’est maintenant connu, la meilleure façon d’obtenir du succès à la pêche sur la glace est le mouvement. Il faut bouger sans cesse pendant la journée pour bien prospecter le plan d’eau afin de découvrir où se cachent les poissons. Mais, que faire lorsque nous ne sommes pas équipés d’une tarière et que nous sommes condamnés à être immobile? Comment faire pour que ce soit les poissons qui se déplacent vers nos brimbales?

Emplacement

Tout d’abord, rendu sur l’étendue d’eau glacée, il faut choisir l’emplacement où vous ferez percer vos trous. Sauf par temps ridiculement froid, restez près du bord ou près d’une dénivellation. Même si vous ne voyez pas le fond du lac, il faut tout de même placer ses trous de façon stratégique. Comment savoir où sont situés les bas-fonds et les hauts-fonds d’un lac? Étant donné qu’une bonne pêche commence par une bonne préparation, informez-vous auprès des gestionnaires du territoire que vous allez visiter au sujet du plan d’eau afin de connaître les endroits plus profonds, les cassures sous-marines et les structures près des rives. La plupart du temps, on peut aussi vous fournir une carte bathymétrique du lac en question. Si vous n’obtenez pas les informations escomptées de cette façon, je vous suggère alors de pêcher ce lac pendant l’été et de constater par vous-mêmes les endroits propices où vous pêcherez l’hiver venu.

Le combo canne et positionnement des brimbales

En premier lieu, je vous suggère de ne pas arriver sur le territoire les mains vides. Ayez au moins en votre possession une petite canne pour pêche blanche ainsi qu’un petit leurre bien visible ou bien bruyant au bout de la ligne, comme une minuscule cuillère ondulante, un devon vibrant ou bien un petit poisson-nageur aux coloris métalliques. Ainsi, sachez que pour une trentaine de dollars, vous serez équipés adéquatement pour longtemps. La raison pour laquelle il faut se procurer cette pièce d’équipement est simple : lorsqu’on ne jouit d’aucune mobilité, il faut se faire remarquer. C’est le rôle de votre leurre placé au bout de votre fil à pêche. Vous pouvez aussi appâter votre présentation d’un ver ou d’une tête de mené mort pour ajouter de l’odeur.

Si la température est clémente et que vous êtes positionné sur un plateau, c’est-à-dire une zone du lac aux profondeurs assez similaires, vous devriez utiliser l’astuce suivante : placez-vous au centre d’un mur de brimbales circulaire vous entourant. Il faut ensuite appâter vos brimbales et laisser nager le leurre dans l’eau glacée, au milieu du cercle. Les poissons entendront ou verront ces mouvements et ces reflets de loin, approcheront du site et seront confrontés à une panoplie d’odeurs, de sons et de mouvements. Ils devront alors passer par le cercle de brimbales pour satisfaire leur curiosité. Les poissons plutôt passifs risquent d’attaquer les brimbales ; les poissons actifs pourraient frapper violemment le leurre au centre.


Les grands froids hivernaux affectent aussi les poissons. Puisque ces températures très basses proviennent d’au-dessus du couvert glacé, les poissons le fuient et descendent vers les profondeurs. Si vous pêchez par temps froid, demandez au préposé de percer les trous en zig-zag en partant du haut du plateau vers les profondeurs. Le pêcheur avec sa canne et son leurre attractif se positionne au début du dénivelé et place les brimbales devant lui, en plein dans la pente sous-marine. Encore une fois, l’idée est de faire traverser les obstacles appétissants aux poissons qui sont attirés vers le pêcheur et son leurre bruyant et bien visible.

Ces tactiques m’ont évité bien des journées bredouilles. Ombles, truites, perchaudes, crapets et autres espèces ont été bernés par ce stratagème et ce, peu importe le type de territoire pêché.
Combinaison brimbales – Bait Cloud

L’an dernier, j’étais à la pêche blanche dans une pourvoirie du nord de la Mauricie sur un lac que je connais bien. Étant donné que j’avais de l’expérience pour pêcher ce lac et que j’avais confiance en mes moyens, je me suis dit que c’était le temps approprié pour essayer un nouveau gadget. J’ai donc apporté avec moi un tube de Bait Cloud. Ce tube contient trois boules qui ressemblent à des bombes de bain effervescentes dégageant de l’air et produisant des bulles en se désagrégeant, laissant aussi de petites particules odorantes en suspension dans l’eau. Toutes ces perturbations de l’environnement calme des poissons a tôt fait d’attiser leur curiosité en les attirant près de la source de ce brouhaha.

Remplacez le pêcheur sur les schémas précédents par le Bait Cloud et vous aurez possiblement des résultats similaires. Selon mes observations, le 2/3 des morsures lors de mes journées de test survenaient dans le trou où j’avais laissé tomber la bombe ou celui le plus près. Sur l’emballage, on peut lire que l’effervescence ne dure qu’une trentaine de minutes, mais la concentration de poissons près du fameux trou a duré plus longtemps que ça lors de mes essais.Utilisez ce gadget seulement en lac en eau calme, car en rivière, le courant aura vite dispersé le Bait Cloud et tous ses avantages loin du pêcheur. J’ai été surpris de l’apport positif de ces bombes à ma pêche immobile.

Il existe une variété d’odeurs dégagées par le Bait Cloud. Les deux qui m’ont valu le plus d’intérêt ont été Shadscent ainsi que Troutscent.

Si vous allez souvent sur le même lac

Vous pêchez une étendue d’eau régulièrement pendant l’hiver? Ou vous prévoyez être sur un même territoire pendant plusieurs jours? Si vous êtes ce genre de pêcheur routinier, tirez avantage de vos préférences en créant une habitude chez les poissons. Dans un trou en particulier, toujours le même, laissez tomber quelques morceaux d’appât (ver de terre, maïs, etc.) à un ou des moments précis de la journée. Après un certain temps, les quelques poissons qui remarqueront l’arrivée de nourriture y retourneront plus régulièrement. Donc, même si vous êtes souvent au même endroit, vous réussirez à attirer les poissons vers votre site de pêche. Les carpistes (pêcheurs passionnés par la capture des carpes) utilisent cette méthode l’été durant pour s’assurer de garder quelques poissons dans leur territoire, prêts à s’empiffrer, donc à mordre à l’hameçon. Lorsque vous reviendrez pêcher les environs, je vous suggère d’y aller le plus subtilement possible en plaçant un hameçon directement sur votre ligne suivi d’un plomb un peu plus bas. Sur l’hameçon, placez le même appât que vous avez utilisé pour nourrir les poissons les jours précédents et demeurez immobile avec votre canne. De cette façon, votre présentation ne sera pas différente de ce que les poissons sont habitués de voir et de sentir.

Fracas sur le substrat

Une autre façon d’attirer les poissons vers votre site de pêche immobile est de faire lever le fond terreux du lac en y laissant tomber un leurre dense et plutôt lourd. Lorsque j’utilise cette méthode avec une petite canne à pêche sur glace, je laisse les trous libres, sans brimbale. Je me positionne au-dessus du trou #1, j’ouvre l’anse sur mon moulinet à lancer léger petit format et je laisse tomber mon leurre au fond du lac. Je remonte le tout et je refais le même manège une deuxième fois. Ensuite, je laisse mon leurre en suspension dans le nuage de particules que je viens de soulever. Après 4 ou 5 minutes sans trop bouger, je change de trou et je recommence. De cette façon, je demeure dans la même zone, mais au moins, je bouge de quelques pieds chaque fois, ce qui donne l’illusion que la superficie du lac où je pêche est active. Les poissons sont des animaux très curieux et cette façon de faire attire les imprudents qui nagent dans les environs. Un bon leurre petit, mais lourd? La Bomber SlabSpoon, qui fait ¼ d’once munie d’un hameçon #8 ou ½ once munie d’un hameçon #4, et qui sont toutes les deux autour de 1 pouce et ½!

Enfin, dernier conseil : même si vous êtes confiné à votre site de départ, regardez bien au sol s’il y a eu de l’activité dans les derniers jours sur votre plan d’eau. Si c’est le cas, que vous arrivez tôt sur le lac et que la nuit n’a pas été trop froide, il se peut que les trous utilisés par les pêcheurs de la journée précédente soient encore accessibles puisque la couche de glace qui s’est formée n’est pas assez épaisse. Prenez une branche qui traîne ou un bout solide de votre brimbale à bascule et frappez quelques coups secs pour vérifier la solidité de cette glace. Si elle casse, c’est une autre possibilité qui s’offre à vous. Aussi, n’hésitez pas à analyser les pêcheurs environnants en regardant les endroits où tout semble fonctionner pour eux et, lorsqu’ils partiront avec tout leur gréement à la fin de leur journée de pêche, essayez leurs trous qui peuvent être toujours actifs!

Conclusion

Sans tarière, sans caméra sous-marine, sans motoneige, bref sans équipement coûteux, un passionné de pêche blanche pourra toujours tirer son épingle du jeu dans un territoire donné. Avec une bonne préparation, un minimum d’équipement et un certain savoir-faire, vous pourrez attirer les poissons vers votre site de pêche sans avoir à vous déplacer ou à attendre que le « gars des trous » revienne faire son tour!

Autres articles similaires

article Une seule couleur pour l’achigan? Par Real Larose | 2020-06-19 Lire l'article au complet article Passerelle du 49e: La MRC du Fjord-du-Saguenay s’engage pour 500 000$ Par Denis Villeneuve, journaliste de l'initiative de journalisme | 2020-09-24 Lire l'article au complet article LA FIN DE LA LOI DE LA JUNGLE EN 2017 POUR PLUSIEURS ROULOTTES EN FORÊT PUBLIQUE DANS LA RÉGION, SOUHAITE LE REGROUPEMENT DES LOCATAIRES DES TERRES PUBLIQUES Par RLTP | 2017-01-19 Lire l'article au complet