Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

La chasse aux phoques nuisibles bientôt interdite au Canada

La chasse aux phoques nuisibles bientôt interdite au Canada

Pêches et Océans Canada prévoit éliminer les permis de chasse aux phoques nuisibles. Le gouvernement fédéral souhaite ainsi garder un accès au marché américain des fruits de mer. Les associations de pêche commerciale l’ont appris plus tôt ce printemps.

Dans une déclaration, le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne (MPO) a confirmé vouloir modifier les politiques afin de garder accès au marché américain de poissons et fruits de mer.

Un marché qui, selon le ministère fédéral, vaut à peu près 5 milliards de dollars par année. Environ 80 % du saumon de l'Atlantique élevé au Canada est exporté aux États-Unis.

Le MPO a annoncé qu'il publierait ses plans de consultation publique sur le sujet au cours des prochaines semaines.

Suivre les normes américaines

D'ici le 1er janvier 2022, tous les pays dont les pêcheries interagissent avec des mammifères marins et qui exportent aux États-Unis vont devoir démontrer qu'ils ont des mesures de protection des mammifères marins qui sont identiques ou comparables aux normes américaines.

Le MPO a donc l'intention d'adopter un libellé réglementaire conforme aux dispositions américaines.

Les États-Unis acceptent l'abattage des mammifères marins dans des circonstances spécifiques, par exemple lorsque c’est immédiatement nécessaire pour protéger la santé et la sécurité humaines, mais aussi en vertu de l'exemption du bon samaritain, où l'abattage sans cruauté d'un phoque évitera des blessures graves, des blessures supplémentaires ou la mort d'un phoque qui est empêtré dans des engins de pêche ou des débris.

Un permis de chasse au phoque nuisible est différent d'un permis de chasse au phoque commercial, et les modifications proposées n'auront aucun impact sur la chasse au phoque, selon Pêches et Océans.

Changements similaires en Écosse

Le Canada n’est pas le seul à souhaiter modifier ses politiques. L’Écosse l’a également fait plus tôt cette année.

Comme le Canada, la nation du Royaume-Uni a pris cette décision pour des questions d’accès au marché américain.

Mairi Gougeon, la ministre écossaise des Affaires rurales et de l'Environnement naturel, a affirmé au parlement écossais que ses nouvelles règles correspondent aux règles américaines, et que cela allait permettre au pays de continuer à exporter du poisson d’élevage vers les États-Unis, ce qui est un de leurs marchés les plus importants, valant plus de 300 millions de dollars en 2019.

Le problème pour les pêcheurs 

Sur la côte est, les pêcheurs accusent souvent les énormes colonies de phoques gris de nuire à leur travail.

Cette décision est donc décevante pour Léonard Leblanc, le président de la Coalition des pêcheurs du golfe de la Nouvelle-Écosse.

Ils font beaucoup de dommages sur les engins de pêche. Il y a beaucoup de dommages sur leurs filets et même dans les trappes de homard , affirme-t-il.

Vu la population grandissante de phoques, les pêcheurs réclament même une chasse aux phoques organisée pour contrôler l’espèce.

Malgré tout, les pêcheurs devront se résigner à suivre les nouvelles règles. Le Marine Mammal Protection Act que les Américains ont nous impose des changements, c'est pas des négociations. Le marché américain c'est le plus gros marché pour les produits de la mer pour le Canada. Alors faut suivre leurs demandes, explique Léonard Leblanc.


Phoques gris sur l'île Brion aux Îles-de-la-Madeleine en 2014.

Crédit PHOTO: PÊCHES ET OCÉANS CANADA


Les phoques nuisibles tués : des données incomplètes

Pêches et Océans affirme qu'en 2018, 66 phoques ont été tués en vertu de permis de chasse aux phoques nuisibles au Canada atlantique. En 2019, 95 auraient été tuées.

Mais cela peut être une sous-estimation du nombre total réel de phoques tués par les pêcheurs.

Dans une évaluation de 2016 de la population de phoques gris, les scientifiques du ministère ont estimé qu'un total de 3732 phoques gris ont été tués dans la région.

Pêches et Océans Canada affirme que les pêcheurs sont tenus de déclarer le nombre de phoques qu'ils ont tués, mais que la plupart d’entre eux ne fournissent pas ces informations.

L’industrie aquacole du Canada déjà en conformité

Tim Kennedy, président et chef de la direction de l'Alliance de l'industrie canadienne de l'aquaculture, a écrit au MPO dans une lettre datée du 21 décembre 2018.

Dans cette lettre, il déclarait que l’Alliance s’engageait à ne pas tuer intentionnellement les mammifères dans leurs activités de production de fruits de mer au Canada, sauf rare exception.

L'association affirme qu'elle représente 95 % des fermes piscicoles et des conchylicultures canadiennes. Tim Kennedy explique que les producteurs utilisent maintenant des filets en acier trempé pour empêcher les joints de pénétrer.

Avec des informations de Paul Withers, CBC

Source: Radio-Canada

Autres articles similaires

article Legend ouvre ses portes cet été à Montréal. Par Louis Turbide | 2016-05-18 Lire l'article au complet article Réseau de braconnage démantelé Par La Direction | 2019-11-28 Lire l'article au complet article Mathilde Crépin - Les Escapades 2019 Par Mathilde Crépin | 2019-10-31 Lire l'article au complet