Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la pêche

Comprendre le déclin d’une mal-aimée

Comprendre le déclin d’une mal-aimée
Laurie Dufresne

Elle n’est pas très belle. Elle peut même faire peur. Mais il fut un temps où l’anguille d’Amérique était très prisée. Pourquoi a-t-elle perdu de son lustre?

Un projet de recherche, mené par le professeur à l'Institut des sciences de la mer de l'Université du Québec à Rimouski (ISMER-UQAR) David Deslauriers, se penchera sur la question, ainsi que sur les raisons du déclin de l’espèce dans les dernières années.

Malgré le rachat de la majorité des permis de pêche à la fin des années 2000 par le gouvernement québécois pour refaire les stocks, la population d’anguille peine à remonter.

C’est un poisson qui a été au centre d’une importante activité économique sur le Saint-Laurent. Et même culturellement, avant l’exploitation, c’était important pour les peuples autochtones.

David Deslauriers, professeur à l'ISMER-UQAR

Ce n'est pas seulement la pêche qui a eu de l'impact, mais c'est le changement de l'environnement de cette anguille-là, qui a besoin des aires en eau douce dans les rivières pour favoriser son développement. Et la plupart de ces rivières-là ont des barrages hydroélectriques, par exemple, ou ont été affectées de d'autres manières. Ça affecte les jeunes anguilles, explique David Deslauriers.

Des anguilles entremêlées dans un panier.

Les pêcheurs commerciaux d'anguille sont de moins en moins nombreux le long du Saint-Laurent.

PHOTO : CBC/PAT MARTEL

L’équipe de David Deslauriers, composée de chercheurs de l’UQAR, de l’UQAC et de l’Université Laval, déclinera la recherche en trois volets. Elle tentera d'abord de comprendre les effets des conditions environnementales sur la croissance de l’anguille d’Amérique, puis les répercussions du déclin de l'espèce dans la culture québécoise.

Finalement, les connaissances recueillies pendant la recherche seront mises en valeur par le biais d'un kiosque vivant à l'Aquarium du Québec.

Pour ce faire, des anguilles vivantes seront capturées en nature par des engins de pêche déjà en fonction. Des partenariats ont ainsi été créés avec l’Aquarium du Québec, le ministère de la Faune, de la Forêt et des Parcs (MFFP) et une entreprise de pêche commerciale à Rivière-Ouelle.

Un piège pour pêcher les anguilles en bordure du fleuve.

Dispositif pour la pêche traditionnelle à l'anguille

PHOTO : GRACIEUSETÉ MUSÉE QUÉBÉCOIS DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION

David Deslauriers souligne que l’engin de pêche de l’Aquarium du Québec sera particulièrement précieux pour les recherches, puisqu’il recueille des données depuis les années 1970.


Source: Radio-Canada

Crédit photo: Radio-Canada

Autres articles similaires

article Petites Annonces Sentier CHASSE-PÊCHE Par La Direction | 2020-05-27 Lire l'article au complet article 50% de rabais Cartes Annuelles Sépaq en quantité limitée Par Sépaq - Communiqué | 2020-06-15 Lire l'article au complet article Une aide financière historique de 24,5 millions pour les zecs du Québec Par Louis Turbide | 2018-04-13 Lire l'article au complet