Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la chasse

CHASSE AU DINDON : L’ABC DU MÉTIER

CHASSE AU DINDON : L’ABC DU MÉTIER



Il y a quelques années, lors d’une journée de prospection printanière sur un territoire de chasse au chevreuil au centre du Québec, j’ai fait une rencontre qui allait réveiller en moi l’intérêt de relever un nouveau défi en tant que chasseur. Jamais je n’aurais cru que la vision d’un simple oiseau à plumes m’exciterait à ce point.

Il faut dire que la nature m’a gâté en cette belle matinée ensoleillée! Après avoir vu une dinde pour la première fois de ma vie, alors qu’elle traversait le champ, je décidai de la suivre jusqu'à l’orée du bois. À ma grande surprise, j’entendis des gloussements en forêt, ce qui attisa ma curiosité et me poussa à me déplacer en bordure du boisé, tout en scrutant le sous-bois.

Je remarquai bientôt une grosse tache noire : c’était un «tom», un très gros dindon mâle, en parade et entouré de sept dindes. Les vocalises émises entre eux et la démarche majestueuse du mâle m’interpelèrent instantanément. À un point tel, que dès mon retour à la maison, j’ai suivi sur internet le cours obligatoire pour chasser le dindon.

Un défi venait de m’être lancé, celui de récolter cette bête à plume format géant. Depuis ce jour, le printemps est l’un de mes moments préférés, lorsque vient le temps de sortir mon équipement de chasse au dindon. C’est également une sensation vraiment spéciale d’attendre le lever du jour et le moment où le soleil émerge au-dessus des montagnes, puis d’entendre un dindon mâle toujours perché dans la cime d’un arbre émettre ses vocalises tonitruantes.

La prospection?

Dans n’importe quelle chasse, la prospection est la clé du succès, et c’est encore plus vrai dans le cas de la chasse au dindon. Lorsque vous observez des dindons dans un champ ou une clairière, portez attention à l’endroit où ils se localisent en fin de journée, juste avant le coucher du soleil. Les dindons seront aperçus à l’aube dans le même secteur où ils ont été localisés la veille, car ils ne se déplacent pas au sol une fois la noirceur venue. Question de sécurité, ils préfèrent se jucher dans un arbre en fin de journée et ils y resteront jusqu’au lever du jour.

La prospection devrait se faire autant que possible deux à trois semaines avant l’ouverture de la saison de chasse; c’est la période idéale pour localiser les dindons et comprendre leurs habitudes. Au cours de l’après-midi et en fin de journée, circulez dans les rangs et les chemins bordant des champs dans le secteur où vous avec l’intention de chasser. À l’aide de jumelles, observez les oiseaux à distance afin de ne pas les effrayer et les pousser à changer de secteur.


Au printemps, les habitudes des dindons changent constamment avec le réchauffement de la température. Ils aiment fréquenter les champs labourés pour s’y nourrir de vers de terre et d’insectes. Les pousses fraîches dans les champs de trèfle font également partie de leurs sites d’alimentation.


Remarquez les plumes et les fientes au sol sous les arbres matures, cela confirme un secteur utilisé comme perchoir. Le dindon prend des bains de sable, ce qui forme de petits cratères dans le sable fin et la terre meuble en bordure des champs, des chemins sablonneux, dans le lit de ruisseaux asséchés, etc., et c’est également un bon indice de la présence de ces volatiles. La recherche attentive d’indices avant la saison de chasse vous permettra de localiser des groupes d’oiseaux dans différents secteurs, et cela sera significatif sur le résultat de votre chasse.


Si les dindons sont aperçus sur un nouveau territoire de chasse que vous convoitez, prenez entente avec le propriétaire pour les modalités du droit de chasse. Par la suite, vous devrez beaucoup prospecter, à toutes les heures du jour, pour découvrir où les dindons se perchent, où ils aiment parader et se nourrir, et où ils aiment se détendre pendant la journée.


Quelques conseils

Une à deux heures avant l’aube, il s’agira de se positionner sans faire de bruit à une distance de 50 à 100 mètres de l’endroit où un mâle a été localisé en fin de journée la veille. Une fois que la lumière du jour pointera, lancez vos premiers appels. Si des réponses sont entendues, vous venez de localiser votre adversaire! Sous peu, le dindon devrait descendre de son arbre afin de se diriger vers l’origine de l’appel et se pavaner. Une fois l’oiseau en visuel, diminuez l’intensité de vos appels afin de les rendre plus séduisants et forcer ainsi l’oiseau à s’approcher.


Gardez à l’esprit que le dindon a très peu d’odorat mais qu’il compense par sa vision remarquable. Donc utilisez des vêtements aux motifs de camouflage adaptés à l’environnement du secteur de chasse, et dissimulez votre silhouette en vous appuyant en position assise contre un arbre de diamètre respectable, soit de la même largeur que vos épaules. Et surtout, ne bougez plus! L’utilisation d’une tente-cache conçue pour la chasse est une autre alternative intéressante afin de passer inaperçu.



Ne sous-estimez pas l’ouïe du dindon, car il peut entendre un appel jusqu’à un kilomètre. Animal très nerveux à l’oreille aiguisée, il peut repérer le moindre son suspect émis par un chasseur et déguerpir aussitôt. Soyez patient, car la chasse au dindon n’est pas aussi facile que les gens le pensent, et les oiseaux peuvent surgir près de vous rapidement, même en silence.


La pratique préalable du tir avec votre fusil et des munitions appropriées (cartouches à grenaille #4, 5 ou 6) sur des cibles spéciales représentant les parties de la tête et du cou en grandeur nature est primordiale. Il faudra vérifier le patron de la gerbe de grenaille et déterminer la distance appropriée pour un tir mortel sur le dindon. Rappelez-vous que vous devez viser les caroncules bulbeuses au niveau du cou.



Il est à noter que pour tuer un dindon, il faut qu’un nombre minimal de 3 ou 4 billes (préférablement plus) de grosseur adéquate atteignent avec force le cerveau ou les vertèbres du cou. Il faut donc éviter le tir sur un dindon en parade, alors que l’oiseau a la tête renfrognée sur le dos, car un tel tir ne sera probablement pas mortel. Il faut au contraire attendre le moment où l’oiseau a le cou allongé et la tête bien dégagée.


Les appeaux

Plusieurs compagnies spécialisées dans le domaine de la chasse au dindon ont conçu une diversité intéressante d’appeaux. On compte principalement les appeaux à friction (boîtes à couvercle pivotant ou à tige-poussoir, ardoise) et les appeaux à vent (diaphragme, tube, «flûte» en os d’aile). Quoique chaque catégorie présente des avantages et des inconvénients, les appeaux à friction sont généralement plus faciles à manipuler. Ces deux types d’appeaux sont conçus spécifiquement pour imiter les différents appels du dindon.


Le meilleur appeau à utiliser est celui que vous maîtrisez le mieux. Personnellement, je vous suggère les quatre modèles qui suivent. L’appeau de type boîte à couvercle pivotant et celui de type boîte à tige-poussoir sont sans contredit les plus faciles à utiliser. Ces appeaux ont une très grande portée, le son émis est très réaliste à tout coup et il peut être modulé pour des portées longues ou courtes. Celui à tige-poussoir est idéal quand le dindon s’approche de vous, car il peut se fixer directement sous le fût du fusil pour permettre une manipulation sans mouvement insolite en position de tir.



L’ardoise permet de produire différents sons mais exige de la pratique. Les as de l’appel apprécient l’ardoise pour sa polyvalence, tandis que les puristes éprouvent une satisfaction spéciale à attirer un dindon à l’aide d’une «flûte» fabriquée artisanalement à partir des os d’aile de cet oiseau. Le diaphragme est le plus difficile à maîtriser et une pratique assidue est nécessaire. Il produit cependant des sons à longues ou à très courtes distances, et la grande qualité de ce type d’appeau est qu’il procure plus de liberté de manœuvre pour le chasseur. Une fois introduit dans la bouche, les mains du chasseur sont libres en tout temps, un élément très avantageux quand le dindon est à portée de tir et que vous devez produire des sons séduisants ou un «putt » pour lui faire étirer le cou.

Les localisateurs représentent une troisième catégorie d’appeaux qui sont utilisés afin d’obtenir une réponse d’un dindon mâle, sans toutefois attirer ce dernier vers vous. Ces appeaux imitent les cris d’autres oiseaux (corneille, coyote, hibou, etc.) et servent à inciter le dindon mâle à se manifester par des vocalises.

Différents appeaux et appelants




A- Appeau type boîte à couvercle pivotant; B- Appeau diaphragme;
C- Ardoise; D- Appeau localisateur.

Vous n’avez pas besoin d’utiliser tous les différents appeaux disponibles sur le marché. Cependant, il est avantageux d’en maîtriser quelques-uns, selon leur qualité sonore respective et la diversité des sons émis par chaque modèle. Il y a des appeaux plus difficiles à maîtriser que d’autres, et cela peut également représenter un défi supplémentaire pour le chasseur. Soyez conscient que la pratique répétée pour bien utiliser vos appeaux peut mettre à rude épreuve la patience des gens qui vivent sous le même toit que vous!


Les dindons ne répondent pas tous aux mêmes appels. Quand un mâle fait l’indépendant et hésite à se déplacer vers vous, il est intéressant de produire des sons diversifiés de dinde afin de le convaincre que plusieurs femelles sont dans les parages. À la limite, produisez un son de mâle afin de le rendre jaloux au maximum, suscitant son intérêt et l’obligeant à valider ces appels afin de conquérir ou défendre ses femelles.

Pour chasser le dindon au Québec, l’utilisation d’appelants me semble pratiquement un incontournable. Ceux-ci servent à attirer les dindons mâles d’une façon visuelle et constituent un complément aux appeaux. Si vous utilisez un seul appelant, optez pour celui d’une femelle.



Personnellement, l’utilisation de deux ou trois appelants fait partie de ma stratégie de chasse. Une formation en triangle de trois appelants, deux femelles et un «jake » (jeune mâle), sera positionnée approximativement à 15 ou 20 mètres du poste d’affût, le triangle pointant vers ce dernier. L’imitation de mâle (jeune ou adulte) sera disposée le plus près du chasseur par rapport aux deux autres appelants femelles.

Tant et aussi longtemps que le dindon se concentre sur vos appelants, cela vous donnera une certaine marge de manœuvre pour prendre un bon tir. Un mâle mature se dirigera habituellement directement vers son rival, et ne soyez pas surpris s’il attaque votre mannequin. Attendez qu’il ne parade pas, faites-lui étirer le cou en émettant un léger «putt» et prenez le tir. L’utilisation d’un appelant de mâle en parade peut aussi s’avérer très efficace si plusieurs dindons mâles fréquentent le secteur.


En conclusion

Souvent, les chasseurs ne restent pas assez longtemps assis au même endroit après avoir fait des appels. En effet, une des plus grandes erreurs est de quitter rapidement le poste d’affût; même si il n’y a pas de réponses, cela ne signifie pas que les dindons ne sont pas là.


Soyez patient, gardez confiance et persévérez avec des appels diversifiés. Confondez-vous dans la nature et scrutez les alentours sans arrêt. N’émettez pas trop d’appels. Portez un vêtement de camouflage adéquat et restez immobile. Le dindon à une vue perçante comme un oiseau de proie et l’ouïe très aiguisée. La chasse au dindon dans les formes de l’art n’est pas aussi facile qu’on peut le penser. Parfois, elle représente un niveau de difficulté de chasse comparable à la récolte d’un chevreuil mâle mature.
Les populations de dindons sauvages sont en plein explosion au Québec. Il faut donc profiter de cette chasse printanière qui représente un nouveau défi exaltant pour les adeptes. C’est suite à la récolte de votre premier dindon que le mot fierté vous viendra à l’esprit. Et vous pourrez déguster avec grand plaisir cette chair succulente!

-------------------------------------------------------------
Petit lexique
Jake : jeune dindon mâle.
Tom : dindon mâle adulte.
Yelp : cri de la femelle.
Purr : ressemble au ronronnement du chat et indique un oiseau satisfait.
Cutt : série de «buck, buck, buck», courts et saccadés, ressemblant au gloussement excité d’un poulet de basse-cour.
Putt : un cutt à une syllabe qui met immédiatement les autres dindons en alerte; il sert à faire étirer le cou du dindon; un deuxième putt (cri d’alarme) les fera s’envoler.

Autres articles similaires

article Idée cadeau pour la fête des pères Par La direction | 2017-06-07 Lire l'article au complet article L’ACCSQ … 10 ANS DE SERVICE AUX CHASSEURS! Par Jean Larivière-Chroniqueur / Expert-Conseil-Outaouais | 2019-01-15 Lire l'article au complet article Salon Expo Nature de Rimouski Par La direction | 2018-04-11 Lire l'article au complet