Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la chasse

Population d’orignaux dans la réserve faunique La Vérendrye

Population d’orignaux dans la réserve faunique La Vérendrye

crédit photo: MFFP

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), conjointement avec des représentants de la nation algonquine, a réalisé, au cours des mois de janvier et février 2020, un inventaire aérien de l’orignal sur le territoire de la réserve faunique La Vérendrye (RFLV). L’approche retenue, qui est une méthode scientifique reconnue et éprouvée à l’échelle nord-américaine, a été celle d’un inventaire aléatoire avec dénombrement total des bêtes dans les blocs d’inventaire survolés.  L’analyse des données récoltées lors de l’inventaire a été achevée récemment et a été présentée aux parties prenantes.

Les résultats démontrent que la population d’orignaux inventoriée en 2020 affiche une densité légèrement inférieure au résultat estimé sur la base des inventaires précédents, soit 2,06 orignaux par 10 km2. Les résultats obtenus, tout en n’étant pas jugés critiques par le MFFP, sont en deçà de ceux obtenus en 2008, qui étaient estimés à 3,2 orignaux par 10 kmsur le territoire de l’entente trilatérale, qui inclut une partie de la RFLV.

Dans cette perspective, le MFFP est d’avis, tout comme les communautés algonquines, que des mesures de protection de la population d’orignaux doivent être mises en place afin d’assurer la conservation de la ressource et sa pérennité pour les générations actuelles et futures. Le Ministère réitère également sa volonté de maintenir et de renforcer des relations fondées sur le dialogue, la collaboration, la confiance et le respect mutuel avec les communautés algonquines.

Maintenant que les résultats sont disponibles et qu’ils ont été portés à l’attention des communautés, les mesures à mettre en place tant pour la chasse sportive que pour la chasse de subsistance feront l’objet de discussions entre les communautés algonquines, le Conseil tribal de la nation algonquine et les représentants du MFFP.

Faits saillants :

  • Un comité technique réunissant des représentants des communautés algonquines, du Conseil tribal de la nation algonquine et du MFFP a été formé en septembre 2019 pour répondre aux préoccupations exprimées quant à la conservation et la pérennité de la ressource.
  • Les travaux du comité visent à acquérir une compréhension commune des enjeux liés à la conservation et au partage de la ressource faunique ainsi qu’à établir un plan d’action concerté avec toutes les parties.
  • Rappelons que dans l’attente des résultats de l’inventaire et par souci de précaution, la Sépaq a réduit l’offre de permis de chasse sportive dans la réserve faunique de 30 % pour la saison 2020.
  • De plus, pour être cohérent avec la démarche de collaboration entreprise avec les communautés autochtones, et avant d’obtenir les résultats de l’inventaire, le MFFP a réduit le nombre de permis de chasse à l’orignal femelle pour l’automne 2020. Le nombre est ainsi passé de 200 permis en 2019 à 100 permis en 2020.

Résultats des efforts combinés

L’analyse des données recueillies révèle une densité moyenne de 2,06 orignaux par 10 km carré d’habitat et un cheptel (au moment de l’inventaire) de 2 074 orignaux. Les résultats de l’inventaire sont très précis avec un taux de 89,2 %. Globalement, l’orignal est établi sur l’ensemble du territoire mais le nombre de bêtes observées par parcelle montre une large fluctuation (entre 0 et 38 orignaux). Un très bon échantillon de 737 orignaux différents observés lors des survols permet d’établir que la population est composée de 61 % de femelles adultes, de 26 % de mâles adultes et de 13 % de veaux.Le ratio des sexes chez les adultes est de 42 mâles pour 100 femelles. L’indice de productivité est de 22 veaux par 100 femelles adultes.

Principales constatations 

La population d’orignaux inventoriée en 2020 affiche une densité inférieure au résultat obtenu lors de l’inventaire de 2008.Il apparaît que cette population d’orignaux subit une pression de chasse légèrement supérieure à sa capacité d’accroissement.Par ailleurs, la structure de la population est représentative d’une population exploitée et le nombre de femelles adultes nous permet de croire que la mise en place de modalités de chasse plus restrictives pourrait avoir pour effet d’accroître, à moyen terme, le nombre d’orignaux dans la RFLV. Un rapport complet est en cours de préparation.

Liens connexes :

Autres articles similaires

article Profitez de votre visite au Salon national de la pourvoirie de Montréal pour venir au kiosque de Sentier CHASSE-PÊCHE Par La direction | 2018-01-09 Lire l'article au complet article Campagne vérouille ton arme! Par FEDECP | 2018-10-17 Lire l'article au complet article PERTE DE CLIENTS ET PROFITS POUR LE MFFP Par JEAN LARIVIÈRE-CHRONIQUEUR / EXPERT-CONSEIL-OUTAOUAIS | 2020-01-22 Lire l'article au complet