Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la chasse

Les orignaux dénombrés par caméras et par hélicoptère

Les orignaux dénombrés par caméras et par hélicoptère

Les amateurs de chasse de l’orignal qui fréquentent la réserve faunique de Rimouski (SÉPAQ), la réserve Duchénier, (TERFA), la Zec Bas-Saint-Laurent et la pourvoirie LeChasseur, auront l’heure sur la densité de leur troupeau respectif.

Ces quatre territoires du « moose land » ou « terre de l’orignal » du Bas-Saint-Laurent, reconnus pour la qualité de chasse de cette espèce et fréquentés par des amateurs de partout au Québec, et qui contribuent financièrement à cette étude, connaîtront donc à la fin de l’été 2021, ou au début de l’automne, l’état en nombre de leur population respective de ce grand gibier.

Ces quatre territoires sont ciblés par des inventaires aériens qui auront bientôt lieu au cours du présent hiver. Ces dénombrements en hélicoptère doivent valider la densité du cheptel orignal selon les résultats d’un pré-inventaire terrestre, par des centaines de caméras de surveillance de chasse, disposées partout sur ces territoires au cours de l’été 2020.
L’Université du Québec à Rimouski participe à cette expérience.

En long et en large

En entrevue cette semaine à « Rendez-Vous Nature », le biologiste Sébastien Ross, directeur régional à la Direction de la gestion de la faune du Bas-Saint-Laurent, explique cette méthode en long et en large, déjà connue aux États-Unis et dans l’Ouest Canadien, mais expérimentée une première fois en 2019 sur la pourvoirie de la Seigneurie du Lac Mitis.

Si les inventaires aériens viennent confirmer les résultats des inventaires par caméras, dont les coûts sont moindres qu’en hélicoptère, il serait éventuellement possible de recourir dans l’avenir uniquement aux inventaires par caméras, de loin beaucoup moins dispendieux qu’en hélicoptère.

Chaque territoire pourrait avoir ses propres caméras, comme c’est le cas actuellement, les disperser sur leur territoire et les techniciens et biologistes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pourraient faire l’analyse des résultats obtenus.

Si cette méthode par caméras est efficace pour l’orignal, elle peut aussi l’être pour d’autres espèces comme le chevreuil, et l’ours noir, notamment.

Source: Rendez-Vous Nature

Crédit Photo: Orignal Matane André-Olivier Lyra Sépaq)

Autres articles similaires

article Modifications proposées au Règlement sur les oiseaux migrateurs et période de consultation. Par La Direction | 2019-06-05 Lire l'article au complet article Ne manquez pas la tournée de l'Homme Panache Par La direction | 2017-03-28 Lire l'article au complet article Une marche pour l'intégrité des propriétaires d'armes Par CCDAF - Coalition Canadienne pour les Droits aux Armes à Feu | 2020-09-08 Lire l'article au complet