Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la chasse

Comment se porte nos populations de sauvagine?

Comment se porte nos populations de sauvagine?

Comment se porte nos populations de sauvagine?


Le rapport sur l’état des populations d’oiseaux du Canada 2019 s’appuie sur près de 50 ans de données pour décrire les changements à l’état de santé des populations d’oiseaux du Canada. Ce rapport conjoint a été produit par l’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord (ICOAN-Canada), sous la direction d’Environnement et Changement climatique Canada, d’Études d’Oiseaux Canada, de Canards Illimités Canada et de Nature Canada.
Les populations d’oiseaux de rivage, d’oiseaux de prairie et d’insectivores aériens ont connu des déclins rapides, tandis que les populations de sauvagine et d’oiseaux de proie se sont rétablies après des creux historiques. Ces résultats sont à la fois un appel à la conservation et une preuve de ce que nous pouvons accomplir quand nous joignons nos forces. Chacun de nous peut apporter des changements significatifs comme ceux décrits dans ce rapport, et ce, afin de s’assurer que le Canada soit en meilleure santé pour les oiseaux et les gens qui y vivent.


Voici un graphique démontrant les changements dans l’état des populations des différentes espèces Canadiennes.




C’est donc une excellente nouvelle pour les chasseurs de sauvagine. Par contre, comme bien des chasseurs, nous sommes aussi des aimants de la nature, et sa santé globale nous importe. Ce qui est alarmant, c’est que nous avons perdu 1 oiseau sur 4 depuis 1970.


Mais que peut-on faire? Toutes les actions comptent! 


Quand des décisions sont prises sur la base de l’information issue de programmes de science citoyenne comme le Projet FeederWatch, nous pouvons améliorer le sort des oiseaux.
Aidez les oiseaux en les surveillant dans votre cour dans le cadre du Projet FeederWatch!


Il n’est pas nécessaire d’être expert pour participer au Projet FeederWatch. Vous aurez besoin de seulement 15 minutes à quelques reprises pendant la période du 9 novembre au 3 avril. Plus il y a de participants, plus nous pourrons brosser un portrait précis de l’état de l’avifaune et de l’environnement. Les gens de tous âges et de tous les niveaux d’expérience peuvent compter les oiseaux qui visitent leurs mangeoires en hiver et ainsi aider Oiseaux Canada et le Cornell Lab of Ornithology à mieux connaître leur situation.


Depuis déjà 33 ans, les citoyens scientifiques qui participent au Projet FeederWatch contribuent à l’enrichissement des connaissances sur les oiseaux de mangeoires partout au Canada. Nous disposons maintenant de plus de trois décennies de données comparatives, qui nous fournissent d’importantes pistes de découverte. Voici ce que dit Kerrie Wilcox, d’Oiseaux Canada, le chef de file canadien du programme : « Pendant sa longue histoire, le programme a révélé la progression des populations de l’Épervier de Cooper. Cette bonne nouvelle a été confirmée dans le récent rapport sur l’état des populations d’oiseaux du Canada 2019, qui montre que les oiseaux de proie comme cet épervier ont bénéficié des mesures prises pour améliorer leur situation. »


En effet, les effectifs des oiseaux de proie au Canada ont augmenté de 110% depuis les années 1970, en grande partie grâce à l’interdiction de l’usage du pesticide DDT. Et les Éperviers de Cooper sont maintenant présents près des mangeoires d’oiseaux probablement parce qu’ils ont découvert qu’il s’y trouve une abondance de proies.

Le Cardinal rouge est une autre espèce qui s’en tire bien. Son aire de répartition s’est étendue depuis 1989, comme le démontre le pourcentage croissant de participants au Projet FeederWatch qui signalent la présence de l’espèce, surtout dans le sud-est du Canada. Le cardinal profite de deux tendances grandissantes : plus de gens ont des mangeoires d’oiseaux et plus de gens plantent des arbustes et des arbres fruitiers dans leur cour.


Par contre, les données du Projet FeederWatch suscitent des inquiétudes concernant certaines espèces, dont le déclin alarmant des populations du Gros-bec errant – qui a également vu son aire de répartition se rétrécir – en Amérique du Nord. Le phénomène pourrait s’expliquer par la perte d’habitat de nidification et de sources de nourriture, mais il est encore difficile de l’affirmer avec certitude.


« Le fait que des personnes consacrent des périodes de 15 minutes pendant quelques semaines à surveiller leurs mangeoires nous aide à augmenter nos connaissances sur les oiseaux qui passent l’hiver chez nous et sur leur situation, mais c’est aussi une activité agréable! », ajoute Mme Wilcox. 


Pour participer au Projet FeederWatch, il suffit de faire un don de n’importe quel montant à Oiseaux Canada. Rendez-vous à https://www.birdscanada.org/volunteer/pfw/index.jsp?lang=FR, composez 1 866-518-0212 ou envoyez un courriel à pfw@oiseauxcanada.org. 


La saison 2019-2020 du Projet FeederWatch se déroulera du 9 novembre 2019 au 4 avril 2020.


Source ICOAN Canada :
http://nabci.net/ressources/letat-des-populations-doiseaux-du-canada-2019/?lang=fr


Études d’oiseaux Canada:
https://www.birdscanada.org/news/pourquoi-participer-a-projet-feederwatch-nous-avons-perdu-1-oiseau-sur-4-depuis-1970?lang=fr

Autres articles similaires

article LES CHASSEURS SPORTIFS SE MOBILISENT! Par Jean Larivière-Chroniqueur / Expert-Conseil-Outaouais | 2019-01-14 Lire l'article au complet article Statistiques de chasse 2017- Outaouais Par Jean Larivière-Chroniqueur / Expert-Conseil-Outaouais | 2018-02-06 Lire l'article au complet article La relève à la pêche gravement compromise par le ministère : pêcheurs réagissez ! Par Fedecp | 2017-03-22 Lire l'article au complet