Sentier Chasse-Pêche
Sentier Chasse-Pêche
Article sur la chasse

L'APSQ se sent trahis

L'APSQ se sent trahis

Communiqué - 


Accès aux plans d’eau publics, promesse non tenue de la CAQ. Les pêcheurs sportifs se sentent trahis.

 

Laval, 18 février 2020 - Malgré tous les efforts que le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a faits depuis quelques années afin de faire découvrir la pêche aux jeunes, malgré la baisse du prix du permis de pêche en mars 2019, le nombre de permis de pêche vendu ne cesse de baisser. 

Quand est-ce que le gouvernement va comprendre que la cause principale de la baisse du prix des permis de pêche est l'accessibilité aux plans d'eau publics? Si les jeunes pêcheurs initiés à la pêche n’ont pas d’endroits faciles d’accès à proximité de leur demeure, ils vont préférer rester assis devant leur console de jeux.

Avoir accès à des rampes de mise à l’eau à des coûts minimes est la solution au déclin des ventes de permis de pêche au Québec.

Le MFFP se fait plomber par le MAMH

Le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs se fait plomber par le Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.
Extrait d’une lettre du MFFP :

« La portée de cette action du MFFP ne permet toutefois pas de répondre entièrement à votre préoccupation quant aux tarifs pour l'utilisation de certaines rampes de mise à l'eau municipales non financées dans le cadre du programme APEPR. Les municipalités, relevant du ministère des Affaires municipales et de !'Habitation, peuvent déterminer le tarif d'accès à un service selon leurs propres critères. »

En effet, il en revient aux municipalités de fixer le coût des services qu’elles procurent à la population et de plus en plus de villes, pour différentes raisons chargent des frais à l’utilisation des rampes de mises à l’eau ou le stationnement des véhicules avec remorque ou interdisent carrément la mise à l’eau ou le stationnement aux non-résidents :
  • Pour des raisons pécuniaires, certaines villes vont charger un coût somme toute raisonnable (entre 15 $ et 30 $) et un bon nombre de personnes vont s’acquitter de ce coût compte tenu du grand achalandage.
  • Pour acheter la paix, certaines municipalités vont charger un prix saisonnier très élevé (500 $ ou 600 $) afin de décourager les non-résidents. Ils n’ont plus besoin de gérer les problèmes de stationnement à cause d’un surachalandage à certaines périodes de l’année.
  • D’autres municipalités, par souci de protection du plan d’eau ou sous la pression des résidents, vont carrément interdire l’accès aux plans d’eau aux non-résidents en passant par une réglementation municipale illégale et en imposant des tarifs quotidiens entre 50 $ allant jusqu’à plus de 500 $.

La solution au déclin des adeptes de la pêche au Québec?

La solution au déclin de la vente des permis de pêche au Québec passe par une accessibilité accrue et à coût gratuit ou minime.
Les deux principaux irritants de la venue de nombreux visiteurs pour les villes sont le surachalandage et le risque de contamination par les espèces envahissantes.

Les gens vont se diriger vers la rampe de mise à l’eau la moins chère. À coût égal, ce sera vers celle qui est la mieux entretenue ou la plus facile et qui offre certains services. L’imposition de coûts d’utilisations dans plusieurs municipalités fait pression sur les municipalités avoisinantes qui se retrouvent avec une forte affluence de plaisanciers et pêcheurs.

Afin d’enlever la pression sur les villes et municipalités, les rampes de mise à l’eau devraient être prises en charge par le gouvernement provincial et normaliser le coût afin que les plaisanciers et pêcheurs se répartissent proportionnellement sur celles-ci. Le gouvernement doit aménager de nouvelles rampes de mises à l’eau avec de nombreux espaces de stationnement à proximité des grands centres urbains comme sur le fleuve Saint-Laurent, le Lac Saint-Louis, le Lac des Deux-Montagnes, le Lac Saint-François et la Rivière des Outaouais.

Pour contrer la propagation des espèces envahissante, un programme de sensibilisation auprès des plaisanciers et pêcheurs sur l’importance de maintenir leurs équipements propres après chaque utilisation et la construction de nombreuse station de lavage à proximité des principales routes comme dans les haltes routières par exemple serait une bonne solution.
 

À quand une réforme de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme?

Lorsque nous avions rencontré le groupe de travail formé des sous-ministres du MFFP et MAMH en mars 2015 (MAMOT en 2015), le comité avait été formé afin de trouver des solutions à la problématique des accès aux plans d’eau publics. Il nous avait parlé d’une réforme de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme, celle-ci devait comporter des obligations de conserver des accès publics aux plans d’eau et de prévoir des espaces de stationnement dans les plans d’urbanisme et schéma d’aménagement. Dans le cas contraire, le plan d’urbanisme ou schéma d’aménagement serait refusé par le ministère. Cette réforme n’a toujours pas vu le jour.
 

Comment ça se passe ailleurs?

En Ontario, les rampes de mise à l’eau sont gratuites ou à faible coût. De plus, les gens qui ont 65 ans et plus, même non-résident, peuvent y pêcher sans permis de pêche. Il y a plusieurs citoyens qui pêchent exclusivement en Ontario.

Aux États-Unis, particulièrement dans les états du Vermont et New York, les rampes de mise à l’eau sont gratuites avec d’énormes stationnements réservés pour les véhicules avec des remorques. La qualité de pêche y est également exceptionnelle sur le lac Champlain. À à peine 30 à 45 minutes de Montréal, plusieurs Québécois pêchent exclusivement aux États-Unis. En plus, ils font le plein d’essence du véhicule et bateau à rabais avant de revenir au Québec. Pourquoi payer 30 $ pour mettre à l’eau à l’Île Charron quand ça coûte presque le même prix en essence pour se rendre aux États-Unis et profiter d’une qualité de pêche exceptionnelle?
 

Promesse non tenue de la CAQ!

Le premier ministre François Legault s’est enorgueilli en disant que le CAQ était un parti politique qui tient ses promesses. En effet, le partit de la CAQ a réalisé plusieurs de ses promesses. Mais il y a une promesse que la CAQ n’a pas encore tenue. Le 8 juin 2018, monsieur Mathieu Lemay, député de Masson dans Lanaudière, avait publié un communiqué intitulé « LA CAQ REDONNERA AUX QUÉBÉCOIS L’ACCÈS À LEUR OR BLEU ». Ça fait plus d’un an que la CAQ est au pouvoir et la situation a empiré depuis. De plus en plus de municipalités compliquent la vie des pêcheurs avec embarcation. Les pêcheurs sportifs se sentent trahis et les commentaires ne sont pas jojo sur les réseaux sociaux à l’encontre de la CAQ. Si rien ne change d’ici les prochaines élections, la CAQ risque de perdre l’appui de millions de pêcheurs sportifs et plaisanciers.
 

À propos de l’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec

Fondée en mars 2009, l’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec (APSQ) est une organisation sans but lucratif dont l’objectif est de faire la promotion de la pèche sportive et de défendre les droits de ceux qui s’adonnent à cette activité. Elle a vu le jour à la suite du constat que de nombreuses municipalités bafouèrent les droits fondamentaux d’accès aux plans d’eau publics qu’ont les Québécois et de leur manque de représentation auprès des instances responsables.

L’APSQ a assuré le poids de sa crédibilité en s’impliquant dans les grands enjeux de préservation des milieux naturels aquatiques, et a participé à la création avec d’autres organisations de l'Alliance pour un Programme National de Gestion du Myriophylle à épi. 

L’association s’est notamment illustrée en initiant la réunion de L’Alliance de l’Industrie Nautique du Québec, de la Fédération Québécoise des Chasseurs et des Pêcheurs, de Canot Kayak Québec de la Fédération de Voile du Québec ,et en obtenant le soutien de plus d’une centaine d’organismes et d’entreprises de l’industrie et du commerce, pour la création d’un Collectif pour un Accès Équitable aux Plans d’Eau Publics, revendiquant une intervention du gouvernement afin d’obtenir une véritable Égalité d’Accès à l’Eau.
 

- 30 -

Source:
Stéphan Bourgeois
Président de l’Association des pêcheurs sportifs du Québec
1 866 656-APSQ (2777)
Casier postal 69013
Succ. Ste-Dorothée,
Laval (Québec) H7X 3M2
sbourgeois@apsq.ca
http://www.apsq.ca

Autres articles similaires

article L’immatriculation obligatoire des fusils et carabines : on semble vouloir nous la rentrer dans la gorge! Par Jeannot Ruel | 2016-01-29 Lire l'article au complet article Un chevreuil à quelques pieds de la tente d'un chasseur embusqué Par La direction | 2018-12-13 Lire l'article au complet article Dans le cadre du Salon Plein-air Chasse Pêche et Camping de Québec, faites un détour payant au kiosque de Sentier CHASSE-PÊCHE Par La direction | 2018-03-16 Lire l'article au complet